Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

Groupe des Agences CENTURY 21 de PARIS en région ILE-DE-FRANCE

Paris célèbre l’Armistice du 11 novembre 1918 avec une inauguration

Publiée le 05/11/2018

 

Si Paris ne manque pas de monuments et lieux en hommage aux personnes disparues pendant cette terrible guerre, celle que l’on a appelé la « Drôle de Guerre », il en était un qui, à bien y songer, manquait. Un lieu de mémoire réunissant en un seul et même embrassement l’ensemble des citoyens parisiens morts ou disparus pendant le conflit. Le manque n’est plus. Ce monument dédié aux parisiens existe désormais. Il se trouve au Père Lachaise et sera inauguré comme il se doit le 11 novembre prochain.

 

Du virtuel à la réalité

94 415 et 8 000. Ces chiffres sont respectivement ceux des morts et disparus parisiens durant la première guerre mondiale. Si leurs noms seront désormais visibles et lisibles sur les 280m de longueur du mur d’enceinte séparant le Cimetière du Père Lachaise et le boulevard de Ménilmontant, ils ont été d’abord été référencés sur un site internet, par un universitaire, le Professeur Jean-Louis Robert, qui a effectué avec ses étudiants, un travail de mémoire impressionnant, rassemblant avec patience des milliers de noms, une longue recherche doublée d’une vérification des identités et d’un nettoyage des fichiers comprenant parfois des doublons.

Un monument aux morts parisiens virtuel sorti aujourd’hui du site internet sur lequel il est hébergé pour vivre au grand jour.

 

Une réalisation  hors normes

280 mètres de longueur pour 130 mètres de hauteur, telles sont les dimensions hors normes d’un monument aux morts de conception inédite. En effet, quelle que soit leur taille, les monuments aux morts sont habituellement érigés dans la verticalité et s’apparentent  à des monolithes. A contrario, celui-ci a été conçu en une installation horizontale qui se déroule au fur et à mesure que le passant le longe. Pour placer cette longue et large bande, la principale difficulté est venue du support, le mur du cimetière du Père Lachaise étant évidemment marqué de nombreuses déformations. Un problème qui a été résolu au moyen d’un bras légèrement articulé tandis que la pente du boulevard Ménilmontant a été utilisée pour garantir l’horizontalité de la lecture.

Si ce mur monument venait à être redressé, il serait plus haut que la Tour Montparnasse. C’est réellement impressionnant.

 

Un monument riche en symboles

Si un monument aux morts a toujours valeur de symbole, celui-ci en est particulièrement imprégné. Le site choisi pour l’installer tout d’abord, ce mur d’enceinte du plus grand cimetière de la capitale, par ailleurs l’un des plus célèbres  au monde, sur lequel cette longue bande de noms évoque la transition entre la vie et la mort, exprimant par là-même tout ce que représente le devoir de mémoire.

Si le passage est la première des symboliques, le trait en est la seconde, un trait bleu évoquant avec une intention particulière les uniformes, les armes, l’horizon, rappelant aussi ce lien entre monde des vivants et des morts, devenant trait d’union entre les générations et rendant un hommage particulier à celle qui fut sacrifiée pour défendre la nation. Ils sont donc là tous ces noms, des milliers et des milliers de noms et prénoms, gravés sur des plaques de métal année par année. Ce sont les noms d’ici mais il en est tant d’autres ailleurs, sur tout l’hexagone, pour témoigner aussi de ce qui fut un véritable carnage.

Le pèlerinage du souvenir n’est pas anodin, même si un parcours végétal a été conçu comme une promenade, dans une atmosphère qui favorise à la fois le recueillement et la proximité avec un monument qui se laisse approcher et même toucher.

 

Projet de la Ville de Paris, pensé pour Paris, son histoire et ses habitants, ce monument aux morts a été d’ores et déjà récompensé en recevant le Grand Prix de la Mémoire, délivré par Le Geste d’Or, association indépendante des métiers de bâtiment.

En hommage aux morts et disparus d’une guerre qui emporta tout sur son passage. Car il y a un avant et un après 14-18.

Notre actualité