Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

Groupe des Agences CENTURY 21 de PARIS en région ILE-DE-FRANCE

Bienvenue sur la nouvelle Place du Panthéon ! (à Paris 5ème)

Publiée le 11/10/2018

 

Elle est prête, à quelques infimes détails près, la pose de candélabres qui seront installés en face de la bibliothèque à la fin du mois d’octobre. Partie prenante du projet « Réinventons nos places », initié par la Ville de Paris, la Place du Panthéon s’est refait une beauté. Surtout, elle a été réaménagée aux standards de notre époque : accueil des passants et promeneurs, circulation des voitures maîtrisée sans oublier la valorisation d’un élément du patrimoine français d’envergure.

Dans la perspective des Jardins du Luxembourg, non loin de la vénérable Sorbonne, la Place du Panthéon est l’une des plus belles places de Paris, emblématique du Quartier Latin. En son centre, un monument historique d’architecture monumentale qui nous ramène tout droit à l’antiquité.

 

 

Un peu d’histoire

Si à l’origine, le bâtiment devait être une église consacrée à la patronne de Paris Sainte-Geneviève, l’Histoire en décida autrement lorsqu’à la Révolution, l’Assemblée Nationale décida de le transformer en un lieu laîc dédié à la mémoire des héros de la patrie. Un équivalent aux couleurs de la Répubique de la basilique Saint-Denis, où reposaient traditionnellement les rois de France. Redevenant provisoirement église au fil des mutations politiques, elle devint définitivement nécropole avec les funérailles de Victor Hugo en 1885.

Aujourd’hui, 78 grandes figures de la nation y reposent. Mais n’entre pas qui veut au Panthéon : hommes politiques, écrivains, philosophes, scientifiques mais aussi résistants ont eu cet honneur. Tous de « grands hommes » parmi lesquels les femmes ont été longtemps absentes. Une erreur réparée en 1995 avec l’entrée de Marie Curie, en 2015 des résistantes Germaine Tilion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz et tout récemment, de Simone Veil.

Outre la crypte, on peut également admirer au Panthéon les peintures sur toiles relatant l’histoire de Sainte-Geneviève mais aussi le pendule de Foucault.

 

Qu’en est-il de cette nouvelle place du Panthéon ?

Elle était jusqu’alors peu conviviale, et sauf volonté de visiter le monument, n’apparaissait pas propice à la flânerie. On la traversait rapidement tout au plus, pour rejoindre le quartier Mouffetard en venant du boulevard Saint-Michel ou l’inverse. Enlaidie de nombreux stationnements, totalement dépourvue de végétation, la Place du Panthéon semblait austère et froide surtout par temps gris. Voilà qui a donc changé. La place du Panthéon a aujourd’hui un nouveau visage dont voici les grands traits :

 

Moins de voitures

Si la circulation est toujours autorisée sur la place, mais à une vitesse de 20km à l’heure, les piétons sont néanmoins prioritaires et les cyclistes autorisés à circuler même à contresens. Quant aux quatre grands rectangles qui étaient auparavant consacrés au stationnement, ils ont disparu pour laisser place à de vastes espaces réservés aux piétons, ceux situés à l’Est de la place ayant été agrémentés d’une quarantaine d’arbres et aménagés pour permettre de s’asseoir et de profiter de l’air du temps.

 Une place accessible à tous

Autant pour aérer l’architecture générale de la place que pour faciliter la circulation des passants, réduisant du même coup la capacité d’accès des véhicules motorisés, le trottoir situé devant la bibliothèque Sainte-Geneviève a été élargi tandis que le parvis de l’église Saint-Etienne-du-Mont a été prolongé et le visage de celui de l’Université a changé. L’ensemble est agrémenté de bornes de pierre reliées par des chaînes comme celles qui entourent le Panthéon.

L’ensemble de la place est évidemment accessible aux personnes à mobilité réduite et aux fauteuils roulants mais aussi aux personnes souffrant de déficiences visuelles.

 

Ajoutons à cela une fontaine d’eau potable, des plateformes en bois pour se détendre et profiter des perspectives… La place du Panthéon a sans aucun doute gagné en convivialité, devenant un lieu accueillant et non plus un simple lieu de passage ou d’accès à un monument historique.

Seul bémol : la disparition des places de stationnements alors que l’ensemble du quartier en manque cruellement. Mais on commence à avoir l’habitude à Paris ! Ainsi le veut une époque qui est à la réappropriation de l’espace pour piétons et circulations douces…

 

 

Notre actualité